Leshakili

critiques de lecture

The Miniaturist

Classé dans : Non classé — 6 décembre 2015 @ 13 h 55 min

miniaturiste

Faisons, avec ce roman, un saut dans l’espace et le temps . Nous sommes à Amsterdam, au 17°siècle . La jeune Petronella Oortman vient d’épouser Johannes Brandt, un riche marchant et le livre commence lorsque la jeune mariée découvre son nouveau foyer . L’accueil n’est pas des plus chaleureux : Johannes n’est pas là et Petronella, dite « Nella » fait la connaissance de ceux qui vont désormais partager sa vie . Il y a Marin, son austère belle-soeur, Cordelia, la jeune servante délurée et Otto, l’ancien esclave dont la peau sombre semble déplaire aux Amstellodamois de l’époque .

Très rapidement la jeune Nella va se rendre compte que sa vie de femme mariée dans la grande ville n’est pas exactement ce dont elle avait rêvé . Elle ne voit que très peu son mari qui semble avoir des occupations beaucoup plus importantes que de câliner sa jeune épouse et l’austérité teintée de bigoterie de sa belle-soeur devient rapidement insupportable . Peebo, le perroquet adoré de Nella est vite relégué à la cuisine : ses couleurs sont beaucoup trop chatoyantes pour le puritanisme ambiant . De même, pas question de se goinfrer de pâte d’amande, met dont raffole Nella,alors que les entrepôts de la Compagnie des Indes regorgent pourtant  de sucre et d’épices .

Percevant l’ennui de sa jeune femme, Johannes lui fait livrer une maison de poupée qui représente à l’identique la demeure dans laquelle vit désormais Nella . Tout d’abord piquée au vif, ( son mari la prendrait -il pour une gamine ? ) Nella décide ensuite de faire appel à une miniaturiste pour meubler cette maison de poupée . Très rapidement, cette miniaturiste lui fait livrer des objets qui semblent avoir un caractère prémonitoire sur les évènements qui vont toucher Nella et ses proches  …

J’ai un avis assez mitigé sur ce roman : j’aime bien Amsterdam et l’évocation de la ville m’a bien plu ainsi que le côté sociologique du roman .Amsterdam était à cette époque une ville riche et pourtant le carcan de la religion faisait mener à ses habitants une vie terne ou chacun jugeait l’autre . Cependant, j’ai trouvé qu’il y avait quelques longueurs en particulier au début . Je me suis demandé pendant le premiers tiers du roman si j’allais le continuer ou pas ! J’ai bien fait de persévérer ( syndrome de la bonne élève, ça !  « ne relâche pas tes efforts » me disaient mes profs…sauf celui d’E.P.S. qui se demandait quand j’allais en faire, des efforts!) car il y a tout de même de nombreux rebondissements qui tiennent le lecteur en haleine . De même, je n’ai pas bien saisi ou Jessie Burton voulait en venir avec sa miniaturiste …

Il s’agit d’un premier roman et l’auteure s’est énormément documentée pour écrire ce livre qui a tout de même été traduit dans trente langues !

The Miniaturist- Jessie Burton ♥♥

 

5 commentaires »

  1. Black SAPES dit :

    Comme toi j’adore AMSTERDAM et je pense que je me serai laisser séduire …

  2. Sylvie, Enfin moi dit :

    Encore un que je n’ai pas lu ….
    Bisous

  3. Sylvie, Enfin moi dit :

    Bon, je ne sais pas si je vais le lire
    Bon bout d’an fidèle amie
    Bisous

Flux RSS des commentaires de cet article.

Répondre à Black SAPES Annuler la réponse.

 

Vieuxbougon |
Lalou Raconte |
L'univers de Shamira |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Moja opinia o wydarzeniach
| Concourslecture2013
| Papillonsdevie