Leshakili

critiques de lecture

Des noeuds d’acier

Classé dans : Non classé — 21 octobre 2015 @ 10 h 39 min

noeud

Comme je vous le disais la dernière fois, j’ai donc rempilé avec un deuxième livre de Sandrine Colette. Des noeuds d’acier est en fait son premier roman, et il a notamment obtenu le grand prix de la littérature policière en 2013 . Pourquoi dans ce cas ne pas avoir commencé par celui là, me direz vous ? Et bien tout simplement car Leshakili aime bien, parfois, un peu de désordre . Oui, lire en premier un livre qui est en fait le deuxième lui permet d’exprimer son côté rebelle …

Bref, alors, il est comment, celui-ci ? Bien, très bien même, mais pour vous expliquer mon ressenti je vais prendre l’image d’une tablette de chocolat . La première, vous la dégustez, vous l’appréciez carré par carré ( sauf si vous vous jetez dessus comme un morfale, bien loin alors de la délicatesse féline dont fait preuve Leshakili ) ( qui ne mange d’ailleurs pas de chocolat ) ( contrairement à sa maîtresse). Si l’envie vous prend de vous enfiler une deuxième tablette immédiatement après la première, même s’il s’agit de très bon chocolat, vous l’appréciez moins . Et bien ce fût le cas avec Des noeuds d’acier .

L’histoire est pourtant prenante : un homme à peine sorti de prison commet une erreur qui risque de l’y ramener . Il prend alors la fuite et se cache dans une petite auberge de campagne, histoire de se faire un peu oublier . Un jour, lors d’une balade, il tombe sur une maison habitée par deux vieillards . Ceux-ci lui demandent de l’aide sous un prétexte fallacieux et voilà tout à coup notre homme frappé,jeté dans une cave, enchaîné,à la merci de ces deux vieillards fous qui sont loin d’être cacochymes ! Commence alors pour Théo, le personnage principal, une longue descente aux enfers et on se demande si il va en ressortir vivant .

 Comme dans Six fourmis blanches, on ne peut que saluer l’habilité de l’auteure à créer une atmosphère . Même si l’enfermement du personnage principal a déjà été traité dans d’autres oeuvres ( je pense notamment à Misery de Stephen King), le tout fonctionne bien et le lecteur se met même à ressentir de l’empathie pour un homme pourtant peu aimable ( au sens propre du terme ) au début du roman .

Le livre se lit bien, cependant j’ai eu parfois l’impression que certains passages étaient un peu longs .

Je suis néanmoins ravie d’avoir découvert une auteure française capable d’écrire de bons thrillers et je vais continuer à lire ses prochain romans . ( mais pas tout de suite !)

Des noeuds d’acier – Sandrine Colette-265p. ♥♥♥

 

4 commentaires »

  1. Sylvie, Enfin moi dit :

    Je ne connais pas cette auteure, tu ne sembles pas fort convaincue
    Bisous

    • Leshakili dit :

      Cette auteure mérite d’être connue, c’est juste ( et pourtant je le sais !!!)qu’il ne faut pas lire deux romans du même auteur à la suite !
      Bisous .

  2. Black SAPES dit :

    Très bonne analyse des choses, ça sent le vécu de la tablette de chocolat …
    C’est un peu pour cela que je n’aime pas tellement les deuxième expérience, il faut savoir s’arrêter parfois !
    Bon week end

  3. Leshakili dit :

    Oui, tu as tout à fait raison : il faut savoir s’arrêter parfois,mais j’ai du mal ( comme avec le chocolat!)
    Bises

Flux RSS des commentaires de cet article.

Répondre à Sylvie, Enfin moi Annuler la réponse.

 

Vieuxbougon |
Lalou Raconte |
L'univers de Shamira |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Moja opinia o wydarzeniach
| Concourslecture2013
| Papillonsdevie