Leshakili

critiques de lecture

Les Arpenteurs

Classé dans : Mes livres chouchous — 17 mai 2015 @ 12 h 48 min

arpenteurs

John Gload a soixante-dix-sept ans et il vient d’être emmené dans une prison du Montana . Son crime ? Ses crimes, plutôt! Le vieillard est accusé d’avoir assassiné plusieurs personnes et ce depuis longtemps puisque sa première victime croisa sa route alors que le tueur n’était encore qu’un jeune garçon.

Val Millimaki , le jeune adjoint du shérif, est de garde toutes les nuits dans cette prison. De part et d’autre des barreaux, au fil des nuits, moment propice aux confessions, un lien va finir par se nouer entre les deux hommes …

Autant vous le dire tout de suite, j’ai adoré ce roman . J’ai très vite imaginé le film que l’on pourrait en faire et je ne sais pas pourquoi, dans le rôle du vieux tueur, tout en lisant le livre, j’avais Jonathan Banks en tête . ( Mais si, celui qui joue Mike dans Breaking Bad) ( Quoi, vous n’avez pas vu Breaking Bad ? Filez tout de suite voir cette série!)

Mais nous ne sommes pas ici pour causer cinéma. (même si Leshakili se verrait bien monter les marches du palais des festivals de Cannes) ( et pas de problème de petite culotte pour lui, Leshakili n’en porte pas !)

Moi qui me plaint souvent de de pas trouver de beaux personnages masculins, j’ai été servie . John et Val, ces deux hommes que tout oppose ont pourtant un point commun qui remonte à leur enfance . Ils ont tous les deux perdu un de leur parent de manière violente . Ce traumatisme les fera évoluer vers deux trajectoires diamétralement opposées : John n’aura de cesse de détruire des vies alors que Val s’emploiera à les sauver .

Si le personnage du tueur est fascinant, celui du jeune adjoint au shérif est attendrissant . Il semble vraiment être le loser parfait : son mariage bat sérieusement de l’aile, il s’avère incapable de communiquer avec sa femme qu’il aime pourtant et à chaque fois qu’on l’appelle pour retrouver une personne disparue, il ne retrouve qu’un cadavre .

Le livre est vraiment très bien écrit, la langue est à la fois riche et fluide . L’auteur a choisi comme cadre pour son roman le Montana, cet état où la nature est sauvage et impitoyable pour les hommes qui s’y perdent .Si le rythme peut paraître lent, à aucun moment on ne s’ennuie dans Les Arpenteurs et le final est si bien mené que l’on referme le livre apaisé, en ayant le sentiment d’avoir lu un excellent roman .

Les Arpenteurs - Kim Zupan- 272 p.

Aucun animal n’étant jamais maltraité chez Leshakili, les tapettes à souris n’ont été achetées que pour la photo . Et devinez qui a réussi à sérieusement se pincer le doigt en les installant ?

 

 

4 commentaires »

  1. Sylvie, Enfin moi dit :

    Je vais voir et le mettre sur ma liste
    Tu en parles bien
    Bisous

  2. Leshakili dit :

    C’est vraiment un très bon livre.
    Bisous à toi aussi .

  3. Black SAPES dit :

    Comment arrives tu à trouver le temps!!!

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Vieuxbougon |
Lalou Raconte |
L'univers de Shamira |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Moja opinia o wydarzeniach
| Concourslecture2013
| Papillonsdevie