Leshakili

critiques de lecture

Sarah Thornhill

Classé dans : Mes livres chouchous — 18 janvier 2015 @ 14 h 15 min

aust

Changeons d’hémisphère,voulez vous, et partons donc avec ce roman vers l’Australie où il doit faire bon, en ce moment, se prélasser sur la plage .

Le titre du roman est le nom du personnage principal, nous savons donc tout de suite qui nous avons affaire à un roman d’apprentissage et que nous allons suivre Sarah sur plusieurs années. Elle naît en l’an 1816,sur les rives de l’Hawkesbury en Nouvelles-Galles du Sud . Son père est un ancien bagnard déporté en Australie : c’est ainsi qu’à l’époque l’Angleterre réglait le problème de la surpopulation carcérale .Lors de la première partie du roman, on voit donc grandir la petite Sarah, on la voit aussi tomber amoureuse de Jack Langland, le meilleur ami de son frère aîné Will  qu’elle admire tant. Jack est également amoureux de Sarah et celle-ci se persuade donc très vite que, bien que Jack soit le fils métis d’un anglais et d’une aborigène,  rien ni personne ne pourra faire obstacle à leur amour . Oui mais voilà, nos Roméo et Juliette du bout du monde se retrouvent tout à coup confrontés au passé qui resurgit et Jack ne veut plus entendre parler de Sarah. Cette dernière finira par accepter d’épouser un homme pour lequel elle n’a aucun sentiment et fera de son mieux pour tenter d’oublier son amour de jeunesse .

J’ai aimé de nombreuses choses dans ce roman . Tout d’abord je n’avais pas lu beaucoup de romans traitant en filigrane le thème de la colonisation australienne et j’ai trouvé cela fort intéressant. J’apprécie de plus en plus de lire des oeuvres dans lesquelles la petite histoire se mélange à la grande .

J’ai aussi beaucoup accroché à cette saga familiale car même si Sarah en est le personnage central, ses parents surtout mais aussi  ses frères et soeurs ne sont pas des personnages négligés par l’auteure .

Et puis enfin, avec Sarah, Kate Grenville nous offre un magnifique personnage féminin. Elle a son franc parler bien à elle qui m’a souvent fait penser à l’héroine de The colour of milk . C’est une femme passionnée qui doit payer les erreurs  de ses ancêtres et qui devra apprendre à faire le deuil de son amour de jeunesse .J’ai beaucoup aimé suivre l’évolution de la relation du couple Sarah-John .

Les tournures de phrase sont volontairement lourdes ( « que j’ai dit »  » j’ai pas insisté » par exemple ) mais cela ne m’a pas gênée puisque cela colle bien à l’époque et au personnage .

Bref, un beau roman que je vous recommande chaudement et qui rejoint bien vite ma pile de livres chouchous !

Sarah Thornhill- Kate Grenville 253 p.

 

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Vieuxbougon |
Lalou Raconte |
L'univers de Shamira |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Moja opinia o wydarzeniach
| Concourslecture2013
| Papillonsdevie